Accueil Actualité 3ème édition GREFC- MD : L’ODD5 dans le viseur des...

3ème édition GREFC- MD : L’ODD5 dans le viseur des femmes camerounaises et du monde

110
0
Altesse Clarisse Douala Bell, Présidente Fondatrice de la GREFC-MD

Lomé la capitale togolaise abrite du 22 au 24 février prochains la troisième (3) édition de la Grande Rencontre d’Échanges des Femmes Camerounaises et du Monde (GRECF&MD).

L’évènement après la première édition en France en 2017, et la deuxième au Bénin en 2018, a choisi le Togo pour faire montre du rôle que les femmes peuvent jouer pour l’édification des Objectifs de Développement Durable(ODD) , en l’occurrence les ODD 5 en leurs axes 5-5, 5a, 5b, 5c.

Placée autour du thème « Que faut-il faire pour une autonomisation de la femme ? » la rencontre  de 2 jours à en croire les organisatrices va créer un cadre d’échanges entre les femmes Entrepreneures du Cameroun et du monde afin de renforcer leur développement personnel . Et de créer une autonomisation réelle de la femme.

À la sortie de ce forum, les femmes participantes seront capables de créer leurs propres entreprises pour leur épanouissement économique, rompre avec les exigences culturelles qui font l’obstacle à l’autonomisation financière des femmes

Altesse Clarisse Douala Bell, Présidente Fondatrice de la GREFC-MD

« Nous avons reçu aujourd’hui 7 délégations en terre togolaise. Cette rencontre troisième consécutive avec les femmes togolaises nous permettra d’être assez impacté. » A lancé son  Altesse Clarisse Douala Bell, Présidente Fondatrice de la GREFC-MD

Et de poursuivre « Ça sera également l’occasion à nous femmes participantes de renforcer nos connaissances en montage et gestion des projets (AGR) , de rendre visibles nos entreprises par une mutualisation au sein de la GREFC-MD et de partager les acquis de la promotion de l’entrepreneuriat féminin. »

De fait, le respect du principe «d‘équité genre », implique nécessairement le renforcement de l’autonomisation économique de la femme.

Il faut noter que les femmes représentent 51% de la richesse globale et contrôlent 7o% des dépenses des ménages. En Côte d’Ivoire, les femmes sont très impliquées dans l’entrepreneuriat malgré des freins culturels qui tendent à les confier aux tâches ménagères. Au Cameroun, les femmes pour éviter l’exclusion, sont souvent obligées de s’auto-employer en créant des petites activités génératrices de revenus. Mais elles sont pour la plupart du temps confinées à des petites activités achats et revente des vivres et autres.

En République démocratique du Congo les services dont bénéficient les femmes entrepreneures pour le développement de leurs activités sont souvent éphémères.

Kofi M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here