Accueil Actualité 6 nouveaux médicaments sur la liste noire de Prescrire

6 nouveaux médicaments sur la liste noire de Prescrire

117
0

Pour la 7e année consécutive, la revue Prescrire publie sa liste de médicaments « à écarter pour mieux soigner ». 6 médicaments ont été ajoutés à cette liste et 3 ont été retirés.

La nouvelle liste noire de médicaments de la revue Prescrire  vient d’être publiée. Pour la 7e année consécutive, la revue met en accès libre, spécialité par spécialité, une liste de près d’une centaine de médicaments qu’elle conseille « d’écarter pour mieux soigner ». C’est-à-dire des médicaments dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés en France ou dans l’Union européenne.

L’analyse de Prescrire a recensé 93 médicaments, dont 82 commercialisés en France. 6 médicaments ont été ajoutés à cette liste noire désormais attendue chaque début d’année « car leurs effets indésirables sont disproportionnés dans toutes les indications dans lesquelles ils sont autorisés ». Il s’agit de :

Décontractyl et Décontractyl baume (méphénésine) : un médicament contre les contractures musculaires

 Toplexil (oxomémazine) : un sirop pour la toux

 Rectogesic en application locale (rinitrate de glycéryle) : une pommade rectale

 Ocaliva (acide obéticholique) : pour le traitement de le cholangite biliaire primitive

 Cimétidine : un antihistaminique qui « expose à nettement plus d’interactions médicamenteuses que d’autres antihistaminiques ».

Esmya (ulipristal) : un médicament pour le fibrome utérin qui est actuellement sous la surveillance de l’Agence européenne du médicament.

3 médicaments ont été retirés

A noter que 3 médicaments ont été retirés de cette liste depuis l’an dernier :

Télithromycine (Ketek) : un antibiotique dont le laboratoire a cessé la commercialisation début 2018.

Sélexipag (Uptravi) : parce que de nouvelles données sont en cours d’analyse par Prescrire.

Olaparib (Lynparza) : parce que de nouvelles données ont montré que sa balance bénéfices-risques n’est pas nettement défavorable.

Source: Top santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here