Accueil Actualité Grâce à nos selles, il y aura plus pénuries de sang

Grâce à nos selles, il y aura plus pénuries de sang

79
0

En analysant nos selles, des chercheurs ont trouvé une enzyme capable de transformer tous les groupes sanguins en groupe O, le « donneur universel ».

Les pénuries de sang  seront  un jour qu’un mauvais souvenir ? C’est en tout cas, ce que certains chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique ont prouvé en analysant les  excréments humains.

À en croire, les chercheurs scientifiques, notre intestin est tapissé d’un type particulier de glucides dont se nourrissent nos bactéries intestinales. Pour les ingérer, les bactéries produisent des enzymes capables de les découper. Or, il s’avère que ces enzymes peuvent aussi hacher menu les glucides (ou antigènes) qui se trouvent à la surface de nos globules rouges, et qui servent à définir notre groupe sanguin.

Autrement dit, le sang de groupe A possède l’antigène A, le groupe B l’antigène B, le groupe AB les antigènes A et B. Le groupe O est l’exception : il n’en a aucun, ce qui lui donne ce statut de donneur universel. L’absence de ces antigènes a en effet pour résultat que lorsqu’on donne du sang du groupe O, il ne peut pas déclencher de réactions de rejet chez le receveur.

Ils  ont donc fouillé dans les selles, à la recherche de la portion d’ADN bactérien qui les intéressait. Ils ont ensuite inséré ce morceau d’ADN chez Escherichia coli, une bactérie qui, en laboratoire, joue le rôle d’usine à enzymes. Les chercheurs ont pu ainsi récolter les enzymes dévoreuses d’antigènes et les ont mélangées à des  échantillons de sang de différents groupes. En éliminant les antigènes de type A ou B, les enzymes ont ainsi changé n’importe quel groupe sanguin en groupe O.

Si, sur le papier, cette méthode semble d’une grande simplicité, elle est en réalité le fruit de décennies de travail. L’utilisation d’enzymes pour retirer les antigènes des globules rouges est connue depuis le début des années 1990. Mais le processus, en plus d’être beaucoup plus lent, n’était pas assez efficace. Comme l’explique Steve Withers l’un des chercheurs scientifiques dans une interview pour Mashable , « il fallait beaucoup trop d’enzymes et elles ne fonctionnaient pas avec le groupe sanguin A ». La récente découverte permet de produire du sang de groupe O à partir de tous les groupes sanguin, plus efficacement que les méthodes utilisées jusqu’alors. Un avantage lorsqu’on manque de temps pour déterminer le groupe sanguin de blessés, par exemple lors d’accidents de la route ou de catastrophes naturelles.

Mais dans leur communiqué , les scientifiques font une mise en garde : les résultats, bien que prometteurs, restent préliminaires. Il est encore nécessaire d’effectuer des tests afin de déterminer d’éventuels effets indésirables liés à la transfusion de ce sang. Une altération imprévue des globules rouges n’est pas à exclure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here