Accueil Actualité «Il faut changer le comportement des consommateurs et les modes de production...

«Il faut changer le comportement des consommateurs et les modes de production non viables » Antonio Guterres,SG ONU

138
0
SG ONU GUTERRES

Au cours de la journée mondiale de lutte contre la désertification célébrée le 16 juin dernier dans le monde entier, deux autorités onusiennes respectivement la secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, Monique Barbut, et le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, ont tiré la sonnette d’alarme sur l’inquiétante progression de la désertification dans le monde.

Les deux autorités sont revenues en détail sur les conséquences néfastes du phénomène sur la population mondiale et des mesures qui restent à prendre pour y mettre fin.

« Plus de 3,2 milliards de personnes, soit 2 personnes sur 5, sont touchées par la dégradation des sols. Jusqu’à 143 millions de personnes pourraient être poussées à se déplacer dans leur pays d’ici 2050 pour échapper à la pénurie d’eau et à la baisse des rendements agricoles. Tout ce que nous produisons et consommons a une empreinte foncière », s’est notamment inquiétée Mme Barbut, selon des propos rapportés par Xinhua.

« A l’échelle mondiale, environ 2 milliards d’hectares de terres sont dégradés et la plus grande partie peut être restaurée pour retrouver la santé. Les gouvernements et les communautés dont les vies et les moyens de subsistance dépendent de la terre doivent prendre des mesures maintenant pour se préparer à la future sécheresse », a renchéri M. Guterres.

Afin de contrer ce péril, la secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification recommande, tant aux consommateurs qu’aux acteurs du secteur privé, de « changer le comportement des consommateurs et les modes de production non viables; adopter une planification plus efficace de l’utilisation des terres; et enfin, créer des mécanismes qui motiveront le secteur privé à investir dans la restauration des terres ».

Kofi Meser

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here