Accueil Actualité L’ANCE-TOGO attire l’attention du gouvernement sur l’importation des Polluants Organiques Persistants (POP)

L’ANCE-TOGO attire l’attention du gouvernement sur l’importation des Polluants Organiques Persistants (POP)

150
0

L’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-TOGO) en qualité d’organisation participante du réseau IPEN, attire l’attention des Autorités Togolaises sur l’importation des Polluants Organiques Persistants (POP) qui s’avèrent être des substances qui  se dégradent lentement, s’accumulent dans les organismes vivants, sont toxiques et susceptibles de provoquer des effets nocifs sur l’environnement et la santé humaine.

Elles peuvent être produites : de manière intentionnelle, industriellement : pesticides, produits et de manière non-intentionnelle durant la combustion à l’air libre ou l’incinération des déchets, durant la combustion de la biomasse (feux de forêts, feux domestiques), durant certains processus industriels, comme la production de substances chimiques, de métaux, de textiles, de céramique ainsi que la production.

En conférence de presse ce jeudi à Lomé, l’Organisation membre de l’IPEN a indiqué qu’il était impérieux que le gouvernement togolais s’active à empêcher l’importation des dites substances au Togo.

Lire aussi : http://vert-togo.info/le-togo-produit-60-00-tonnes-de-fruits-et-40-000-tonnes-de-legumes-par/

Une occasion également pour les responsables de l’ANCE-TOGO pour  lancer un projet de plaidoyer pour la définition plus stricte des niveaux de contenu faible en POP (Polluants Organiques Persistants) dans les conventions de Bâle et Stockholm, financée par IPEN (For a toxics-free future).

Ce projet vise à promouvoir l’établissement des LPCL pour les dioxines, les PCB de type dioxine, les PBDE, le HBCD et les PCCC qui protégeront la santé et l’environnement. Les actions dans le cadre de ce projet ont pour cibles, les points focaux des conventions de Bale et de Stockholm notamment les autorités du ministère de l’environnement et des ressources forestières, les journalistes spécialisés dans les questions de l’environnement, et les organisations de la société civile de protection de l’environnement.

De fait, des discussions sont en cours depuis plusieurs années sur la définition de valeurs-limites pour la définition des déchets de POP, à savoir des déchets contenant des concentrations dangereuses de polluants organiques persistants (POP).

Pour Monsieur Fabrice Ebeh, Directeur Exécutif de l’ANCE-Togo, Il faut savoir que les industriels occidentaux ont des lobbyings très puissants. Mais, techniquement les POPs sont produits volontairement et involontairement et à ce titre, il en aura toujours des POPs d’où le choix des réguler en fixant des faibles teneurs moins dangereux pour la santé.

« Les Conventions sont généralement des réponses aux problèmes préoccupants et croissants ; c’est devant le constat de la forte production des articles contenant des POPs aux limites non-conformes que la Convention apporte les solutions. C’est pourquoi la pléthore des produits POPs ou contenant des POP à de fortes proportions déjà en circulation à travers le monde et qui deviendront déchets à la fin de leur cycle de vie se doivent être identifiés et traités comme POPs. Les Conventions interviennent par réaction et non par prévision. » explique t-il.

Les déchets de POP ne peuvent pas non plus être exportés des pays développés vers les pays en développement, il est donc limité au trafic international de déchets.

Les niveaux qui définissent les déchets en tant que « déchets de POP » sont appelés « faible niveau de contenu en POP ». « LPCL » est l’abréviation utilisée pour ce terme (voir l’article 6 de la Convention de Stockholm).

IPEN est un réseau mondial composé de plus de 500 intérêt public, les organisations non-gouvernementales dans plus de 100 pays et coordonné par huit centres régionaux pour l’Afrique anglophone, Afrique francophone, Europe centrale, Europe de l’Est, du Caucase et d’Asie centrale, Amérique latine, Moyen – Orient, Asie du Sud et en Asie du Sud – Est.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here