Accueil Actualité Santé/Les effets bénéfiques du café sur les neurones

Santé/Les effets bénéfiques du café sur les neurones

344
0

Consommée dans le monde entier pour ses capacités stimulantes, la plante millénaire intéresse aujourd’hui les chercheurs pour ses possibles actions positives contre le cancer ou les maladies neurodégénératives.

Issu des graines d’une plante originaire d’Éthiopie utilisée depuis des millénaires par de nombreuses civilisations pour lutter contre la fatigue, le café est la boisson « excitante » la plus consommée au monde. Aujourd’hui, plus de 50% des adultes en boivent chaque jour.

Dans les années 90, le cours du café, dont la variété robusta était alors la plus commercialisée.Le secteur s’est redressé au début des années 2000, misant davantage sur la quantité.

Considéré aujourd’hui comme un produit raffiné, le café alimente notamment pas mal de populations de part le monde entier. Au niveau mondial, le prix de l’arabica, a été de 70% de la production en 2014 en France ce qui s’est doublé entre 2010 et 2011. Les propriétés du café ont ainsi éveillé l’intérêt des chercheurs travaillant sur le cancer ou les maladies neurodégénératives.

Les propriétés du café varient en fonction de sa préparation

Sa principale substance active est la caféine, de la famille des méthylxantines, également présente dans le thé, le cacao, le Kola…

Sa prise provoque une stimulation des capacités intellectuels, la caféine se liant aux récepteurs de l’adénosine, a expliqué Dr Marcellin. Avant d’ajouter qu’elle joue un rôle de neuromodulateur qui régule la libération de neurotransmetteurs excitateurs de l’activité cérébrale en stimulant cette libération.

Elle provoque également une accélération du rythme cardiaque, de la production d’urine et du transit intestinal. La quantité de caféine varie en fonction du mode de préparation du café. Ainsi, d’après le neurologue une tasse de 150ml de café filtre contient en moyenne 115 mg de caféine, tandis qu’une tasse de café issue d’une machine à percolateur ou à dosette en contient environ 75 mg et une tasse de café soluble 65 mg.

Les effets ressentis dépendent avant tout du consommateur
La dose minimale de caféine efficace pour ressentir un effet stimulant est variable selon les individus. Estimée à 60 mg minimum pour atteindre 200 mg chez les gros consommateurs.

En effet, certains facteurs influencent également sa biodisponibilité. Par ailleurs, le fœtus dépourvu de l’équipement enzymatique nécessaire à l’élimination des méthylxantines, met plus de cent heures à éliminer la caféine. Il est donc conseillé aux femmes enceintes de ne pas consommer plus de 200 mg de caféine par jour.

Une consommation excessive a des effets négatifs
Au-delà de 400 mg à 800 mg de caféine, soit cinq à dix tasses grandes tasses de café, nervosité, anxiété, agressivité, insomnie, accélération du rythme cardiaque ou encore tremblements apparaissent.

De plus, si la consommation du café au cours de la journée n’a aucune incidence sur l’endormissement ou la qualité du sommeil, une consommation de caféine même faible (100 mg) avant le coucher, diminue la qualité du sommeil avec des difficultés et des retards d’endormissement jusqu’à trois heures après la prise. Dégradant en particulier l’organisation temporelle du sommeil lent et paradoxal et la qualité du sommeil profond, son action serait majorée chez la personne âgée et le faible consommateur de café.

Des études statistiques ont montré en France que le risque de développer une maladie d’Alzheimer était moindre chez les consommateurs de café de trois à cinq tasses quotidiennes.

Théophile-Gautier

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here