Accueil Actualité Un atelier sur le blanchissement de capitaux s’est ouvert ce lundi

Un atelier sur le blanchissement de capitaux s’est ouvert ce lundi

188
0

L’évaluation nationale des risques (ENR) de blanchissement de capitaux et de Financement du Terrorisme BC/FT fait l’objet d’un atelier de formation de trois jours des experts Techniques sectoriels ce lundi à Lomé.

Initié par le ministère de l’économie et des Finances et la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières du Togo (CENTIF), la rencontre a reçu l’appui technique et Financier de la Banque Mondiale.

Il s’agira au cours de cet atelier de permettre aux acteurs du secteur privé comme public de mieux comprendre les sources et les formes de criminalité financière auquel le Togo est exposé et de faire part aux autorités la mise en place des méthodes efficaces de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en permettant une meilleure orientation vers les ressources des activités qui présentent un risque élevé pour l’économie Togolaise.

A présidé le lancement des travaux de cet atelier, la représentante résidente de la banque mondiale au Togo, Joëlle Businger
Cet outil permettra aussi de dégager les tendances en la matière et de proposer des recommandations par les acteurs pour déterminer la nature et le niveau de risque de blanchiment de capitaux ainsi que le financement de terrorisme auquel le Togo pourrait faire face.

« Cette évaluation est une exigence pour tous les pays d’après les 40 recommandations du groupe d’action financière révisée en 2012. Ces recommandations font de l’approche basée des risques, le fondement des mécanismes contre les réactions d’un pays contre le blanchiment des capitaux de financement du terrorisme » a confié la représentante de la Banque Mondiale au Togo, Joëlle Businger.

Et de poursuivre de plus belle « Dans ce contexte, les travaux permettront au Togo de mettre en œuvre la conformité de son dispositif au niveau standard. Réduire les activités criminels qui présentent un défi majeure pour l’Afrique de l’ouest , cela permettra au Togo de mieux comprendre les dimensions et les sources de produits du crime financier et de mieux identifier les méthodes et les tendances du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme mais aussi une meilleure appréhension des faiblesses du système de lutte contre ses activités et les facteurs qui pourraient rendre le Togo vulnérable et attrayant pour ses activités illégaux »

« Il faudra que nous détections nous même, nos problèmes bien avant qu’on fasse une évaluation et c’est sur le rapport de cette détection, que les évaluateurs feront leur évaluation nationale des risques du blanchiment de capitaux et de terrorisme sur le dispositif du pays. Donc il s’agira de détecter les menaces et les vulnérabilités du pays par rapport au blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, car par exemple au niveau de la juridiction toutes les lois ne sont pas votées pour empêcher la criminalité » a confié le Coordonnateur de l’Evaluation National des Risques au Togo, Aquitem Zachari

En rappel au cours de trois jours, les participants vont s’approprier les outils de la banque mondiale pour une bonne efficacité de l’évaluation National des Risques sur le plan général.
Hector Nammangue

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here